par marque

Hiver : comment choisir sa lampe de luminothérapie ?

C'est bien connu : l'hiver, l'ensoleillement manque cruellement et les organismes sont fatigués. Pour lutter contre la dépression saisonnière, la luminothérapie a fait son chemin depuis plusieurs années. En quoi consiste-t-elle ? Comment s'y prendre ? Comment choisir une lampe de luminothérapie qui nous convient ?
 


Pourquoi  la luminothérapie ?

 
Le manque de luminosité joue beaucoup sur le moral de bon nombre d'entre nous durant l'hiver. Baisse d'intensitéLampe de luminotherapie lumineuse et diminution de l'ensoleillement... La luminothérapie est alors une solution : elle reproduit une lumière quasi-similaire à celle du soleil, et régule la production de mélatonine, l'hormone du sommeil, en régulant ainsi les cycles jour/nuit, mis à mal par le manque de lumière en hiver. La rétine est exposée à une forte lumière : plus l’œil reçoit de lumière, plus la sécrétion de mélatonine est régulée.
 


Quand ?

 
Le moment le plus propice pour faire le plein de lumière et mettre en marche sa lampe de luminothérapie : le matin, après le réveil (au petit déjeuner par exemple), pendant environ 30 min (selon la luminosité de votre lampe).

Trouvez le bon timing : faîtes une semaine de test. Réduisez le temps d'exposition de 10 à 15 min en cas d'effets secondaires (mal aux yeux, maux de tête...)
 


Quelle forme de lampe ?

 
La forme de la lampe de luminothérapie, ronde ou plate, ne change rien à l'efficacité. Les modèles plats, comme celui que nous proposons sur Equipmedical, permettent néanmoins une utilisation à plusieurs et ont l'avantage de ne pas obliger la personne à se tenir très près. La forme « lampe de bureau » est quant à elle indiquée pour une seule personne, car son rayon est réduit.

Faites la différence entre une lampe de luminothérapie et un simulateur d'aube. Le simulateur d'aube aide à se réveiller en propageant progressivement une lumière d'ambiance, mais n'a pas d'effets de luminothérapie.
 


Quelle puissance choisir ?

 
Pour être efficace, une exposition lumineuse de 10 000 lux (unité de mesure d'intensité) est recommandée. Attention toutefois : plus vous vous tenez éloigné, plus la puissance diminue. A choisir donc un modèle de lampe de luminothérapie avec variateur de puissance, afin de pouvoir ajuster la puissance selon la distance à laquelle vous vous trouvez et l'activité que vous êtes en train de faire.

Les lumières blanche et bleue sont plus souvent utilisées, mais la couleur n'a pas d'incidence sur l'efficacité de la luminothérapie.
 
 

Comment utiliser une lampe de luminothérapie ?

 
Lors d'une séance de luminothérapie, placez-vous face à la lampe, sans toutefois la regarder directement (en lisant, ou en mangeant par exemple). L'exposition à une lampe va alors compenser le manque de lumière naturelle.
Par des séances de luminothérapie régulières, l'horloge interne se rééquilibre.
 
 

Lampe de luminothérapie : précautions d'utilisation

 
La consultation préalable d'un médecin est conseillée en cas d'antécédents de maladie des yeux (cataracte, glaucome...) ou de prise  de médicaments augmentant la sensibilité des yeux à la lumière.

La lampe de luminothérapie est contre-indiquée aux personnes hyper-sensibles à la lumière.

Contrôlez les émissions d'UV et infrarouges : les lampes de luminothérapie ne doivent pas en émettre.