Service client : 9h - 19h30 02 31 343 423

Orthopédie : Prendre soin de ses pieds grâce aux semelles

July 26, 2018 18:01

Les pieds sont soumis aux diverses rudes épreuves de notre vie active. En effet, en plus de supporter notre poids, ils représentent notre premier et principal moyen de locomotion au quotidien. Nous ne nous en rendons pas compte à chaque pas mais les chocs qu’ils subissent même lors de la simple marche diffusent des ondes qu’ils parviennent à amortir afin de préserver les jambes. D’autant plus que nos sols sont désormais plus durs et donc plus traumatisants. Certes, nos chaussures participent à la protection des pieds et à l’amortissement des chocs lors de la marche, voire de la course, mais elles ne sont pas toujours adaptées et peuvent devenir vite inconfortables. Les semelles permettent de renforcer le confort et le moelleux du pied tout en accompagnant le déroulé du pas afin de le rééduquer ou, tout au moins, d’éviter toute déformation. Elles sont bénéfiques pour les pieds mais pas seulement puisqu’elles contribuent aussi à rétablir la posture naturelle du corps. D’autre part, dans le cas de troubles plus conséquents comme les pieds plats, creux ou encore les hallux valgus, des semelles orthopédiques sont indiquées comme solutions thérapeutiques. Equipmedical fait le point pour vous.

 

 

A quoi sert la semelle ?

Anatomie du pied

Constitué de 26 os, 16 articulations, 107 ligaments et 20 muscles, le pied se décompose en trois parties : Le tarse, le métatarse et les orteils.



1 – Talus
2 – Calcanéus
8 – os naviculaire
9 – Premier cunnéiforme
5 – Premier métatarses
4 – Phalanges

L’arrière du pied regroupe deux os, le talus qui est relié au tibia et au péroné avec lesquels il s’articule et le calcanéus, l’os le plus volumineux du pied, qui forme celui du talon. C’est ce dernier qui entre en contact avec le sol et empêche le corps de basculer en arrière. Il entre également dans le système de propulsion.
La partie centrale du pied regroupe le naviculaire et les cunéiformes qui s’articulent à la fois avec ceux de l’arrière-pied, et ceux de l’avant-pied. Ils forment la voûte plantaire qui supportent le poids du corps.
Enfin l’avant-pied correspond à la zone qui unifie les métatarses et les phalanges, articulés entre eux dans le but de stabiliser l’avant du corps et de participer au dérouler du pied lors de la propulsion.

La face plantaire est creusée par la voûte qui assure le support du poids du corps et sa bonne suspension. Elle est composée de 3 arches dont la relative élasticité est permise par l’aponévrose plantaire, un tissu conjonctif qui englobe la partie supérieure des os, et les différents muscles et ligaments du pied. Les 3 arches se manifestent de la façon suivante :
- L’arche longitudinale médiale raccorde le calcanéus et les 3 premiers métatarses via le talus, l’os naviculaire et les cunéiformes.
- L’arche longitudinale latérale, moins prononcée, concerne le calcanéus, l’os cuboïde et les deux derniers métatarses.
- L’arche transversale s’appuie, quant à elle sur les os cunéiformes, le cuboïde et la base des os métatarsiens.

 

Rôle de la semelle

Le mouvement du pied lors de la marche répond à de nombreuses contraintes que les muscles et les articulations à la fois du membre distal et ceux du genou et de la cheville permettent de contourner et d’absorber. Le premier enjeu concerne le freinage et l’absorption de l’onde de choc lors du contact du pied avec le sol. C’est le rôle du talon dont le coussin graisseux amortit l’impact et le répartit sur l’ensemble du pied. Il permet aussi de contrôler la cinétique du mouvement et de préparer sa transmission tout au long du déroulé du pas, jusqu’aux orteils. Totalement inconscient, ce mouvement requiert une mécanique complexe dont la fluidité et la précision conditionne la qualité de la marche et préserve les articulations des membres inférieurs de lésions ou dommages. Mais pas seulement, puisque si nos lointains aïeux n’avaient besoin que de fines lamelles de cuir pour se déplacer, les nouveaux matériaux plus résistants comme le bitume qui recouvrent nos routes sont trop rigides pour nos pieds. C’est pourquoi, au-delà des chaussures qui assurent la protection contre le froid et les divers obstacles que le sol peut revêtir, les semelles permettent de réduire le choc et d’accompagner plus facilement la marche et la course. En outre, elles seront particulièrement utiles aux patients ayant des pieds fragiles ou diabétiques, aux personnes amenées à marcher intensément au cours de leurs journées, comme dans les métiers de la restauration, ainsi que celles souffrant de surpoids, voire d’obésité. Selon leur épaisseur et leur texture, elles amortiront les chocs et réduiront les tensions propagées par l’onde de choc au moment du contact du talon sur le sol, susceptible de provoquer des tendinites, des douleurs articulaires ou encore des fractures de fatigue. Tout l’enjeu réside dans le choix de son équipement en fonction de sa physionomie et de ses éventuels troubles.


 

Comment choisir sa semelle ?


Il existe différents types de semelles qui se distinguent par leur usage qui peut être de confort ou médical.
 

Semelle de confort

La semelle de confort est une semelle qui convient à des activités quotidiennes et qui offre un supplément de moelleux dans des chaussures ordinaires. Elle se doit doit d’être confortable et le plus conformable possible afin d’épouser de façon idéale la voûte plantaire du pied. La matière qui le soutient doit combiner souplesse et robustesse. Le cuir est dans ce cas idéal. Si vous êtes sensible et que vous aimez porter vos chaussures les pieds nus, préférez les cuirs tannés de façon végétale plutôt qu’au chrome afin de vous prémunir d’éventuelles allergies.
Par ailleurs, le cuir fabriqué à partir d’agneau, de mouton ou de chèvre est plus tendre que celui issu de la vache qui sera préconisé dans la conception du revêtement des chaussures, des sacoches ou des vêtements. Le cuir est une matière respirante qui évacue la transpiration et évite la macération. Toutefois, certaines semelles sont perforées de trous pour favoriser la circulation de l’air. N’hésitez pas à les utiliser si vous souffrez de transpiration plus intense que la moyenne.

La face du dessous adoptera différentes matières selon les usages. Pour les principaux, nous retrouvons la mousse, le gel ou le liège. La mousse et le gel ont l’avantage d’augmenter la capacité d’absorption des chocs et d’apporter un moelleux très agréable au pied. La mousse assure également une captation de l’humidité et de la transpiration tandis que le gel, fabriqué à partir de polymères, sera destiné aux pieds plus sensibles.
Le liège peut être aussi utilisé dans la fabrication de semelle pour ses qualités isolantes qui protégeront vos pieds du froid l’hiver.
 

Semelles de sport

La texture gel est aussi très souple et se plie parfaitement afin de favoriser la fluidité du déroulé du pas. Elle est ainsi parfaite pour les chaussures de sport, d’autant plus que les semelles de ce genre sont généralement aérées pour éviter l’échauffement des pieds propice à la formation d’ampoules et à la macération des bactéries. Par ailleurs, elles sont souvent plus épaisses que la moyenne, en particulier au niveau du talon afin d’amortir de manière conséquente les chocs lors de la foulée et éviter que l’onde n’abîme en profondeur les articulations de la chevilles et du genou qui, toutes deux, font tampon avec le poids du haut du corps. Elles permettent ainsi de réduire les risques d’entorses, de luxations et de fractures.
 

Semelles spécifiques

Epine Calcanéenne
Ce trouble, désigné aussi sous le nom d’épine de Lenoir, constitue une excroissance osseuse sous le calcanéen, l’os principal du talon. Sous la forme d’une aiguille, cette calcification osseuse procède de nombreux facteurs comme l’hérédité, l’arthrite, un type de travail qui implique le port de lourdes charges, le surpoids ou encore un traumatisme. Elle engendre généralement une douleur aiguë au niveau du talon avec la sensation de marcher sur un clou, à mesure que l’épine osseuse déchire la peau. Outre la souplesse de leur texture générale, certaines semelles anti-chocs sont munies d’inserts anatomiques au niveau du talon destinés à mieux absorber les chocs et à réduire la gêne de l’épine. Ils sont, le plus souvent, interchangeables afin de ne pas remplacer systématiquement la semelle. Des talonnettes sont aussi disponibles avec les mêmes caractéristiques comme la Pedipro Plus ou la Pedipro Softer de Thuasne.

Aponévrosite
L’aponévrose constitue la membrane fibreuse qui relie l’os du talon aux métatarsiens sous la voûte plantaire. Si elle est régulièrement sollicitée par des activités nécessitant des sauts ou des impulsions comme la course à pied, la danse ou l’athlétisme, elle subit des microtraumatismes qui finissent par l’enflammer et occasionner ce que l’on appelle une aponévrosite. Elle se manifeste par des douleurs au niveau du talon, des verrouillages matinaux et l’impossibilité dans certains cas à poser le pied au sol. Les semelles Pedipro anti-choc de Thuasne et celles en Sorbothane ont été spécifiquement conçues pour assouplir au maximum les impacts du pied sur le sol et réduire ainsi les lésions de l’aponévrose. Elles offrent un confort de course et une sérénité à tous les sportifs.

Métatarsalgie
Une autre inflammation bénigne mais qui peut s’avérer douloureuse et handicapante concerne la plante des pied au niveau du coussin graisseux qui protège l’articulation entre les métatarses et les premières phalanges. Elle peut être due à une blessure, une sollicitation intense de cette zone du pied, la course prolongée sur des surfaces dures ou le port de chaussures trop étroites. Là encore, des semelles anti-chocs seront l’allié idéal pour soulager les douleurs et amortir les chocs liées aux impulsions.

Retour veineux
La sensation de jambes lourdes et la phlébite sont dues à un mauvais retour veineux du sang depuis le bas des jambes vers le cœur. La gravité et des parois légèrement distendues des veines, freinent l’afflux de sang et favorisent la formation de poches et de caillots. Afin de stimuler la circulation et d’impulser ce retour veineux, des semelles adaptées peuvent être placées dans la chaussure. C’est le cas notamment des Venoped de Sigvaris.

Toutes ces semelles et talonnettes sont disponibles en différentes tailles. Toutefois, afin de les adapter au mieux à votre pied, elles sont également découpables. Il suffit d’utiliser sa semelle interne de chaussure comme d’un gabarit.

 

Semelles orthopédiques

Les semelles orthopédiques sont généralement utilisées pour contrer une déformation du pied. Elles sont prescrites par un podologue après examen du trouble et peuvent être réalisées sur mesure directement en pharmacie ou par le spécialiste. C’est le cas notamment des orthèses thermoformables réalisées grâce à une empreinte du pied affecté. Reproduction exacte de la voûte plantaire, ces semelles s’adaptent à tout moment aux mouvements du pied sous l’effet de la chaleur dans la chaussure

Pied plat
Le pied plat correspond à un affaissement de la voûte plantaire avec comme conséquence le fait que la surface inférieure du pied se retrouve totalement ou quasiment en contact avec le sol. Fréquente chez les enfants, cette déformation se résorbe généralement avec la croissance. Les causes de ce trouble sont nombreuses et peuvent être liées à des usures tendineuse et musculaire, un traumatisme, un défaut de croissance ou une pathologie congénitale. Le pied plat, à l’âge adulte provoque des douleurs, un inconfort dans les chaussures et une abduction de l’avant-pied (déviation vers l’extérieur). Des semelles orthopédiques permettent de corriger cette affection en rééduquant le placement du pied dans la chaussure. Elles permettent également de le soulager des tensions et des douleurs collatérales.

Pied creux
Le pied creux correspond à un creusement de la concavité de la voûte plantaire et un arrondissement du coup de pied sous la forme d’une bosse. Plus rare, ce phénomène est principalement d’ordre neurologique. Il provoque des douleurs et des tensions au niveau de la cheville voir du genou du fait de l’orientation que prend le pied avec le talon qui se tourne vers l’intérieur. Il se caractérise également par une rétractation des orteils en griffe. De la même manière que celles pour les pieds plats, les semelles orthopédiques pour pied creux permettent de soulager les tensions en répartissant du mieux possible les points de pressions. Pour les cas les moins graves, elles favorisent la rééducation du pied ou, tout au moins, freinent l’aggravation de la déformation.

Hallux Valgus
L’autre principale déformation du pied concerne l’hallux, le gros orteil, qui part en valgus, c’est à dire qui dévie en dehors. Ainsi, tandis que la phalange se rapproche de son voisin, le deuxième orteil, le premier métatarse dévie vers l’extérieur, formant une bosse disgracieuse et douloureuse avec le temps et l’usure de la marche. Des semelles orthopédiques ont été conçues pour répartir les points d’appui et les charges sur l’ensemble des orteils afin de soulager l’hallux. Elles auront pour conséquence de réduire les douleurs et de freiner la déformation.




Ce qu’il faut retenir
Principaux garants de notre autonomie, les pieds méritent toute notre attention. Leur robustesse et leur longévité dépendent de la qualité des soins que nous leur apportons au quotidien que ce soit en matière d’hydratation de la peau ou d’hygiène (élimination des cors, durillons, callosités, etc). Toutefois, l’intensité de certaines activités sportives ou professionnelles, le surpoids ou encore des équipements inadaptés (chaussures trop petites, trop souples ou trop rigides) ont tendance à fragiliser la physiologie des os, des muscles et des tendons. Il en résulte des pathologies douloureuses handicapantes, (hallux valgus, aponévrosite, etc). Et cela sans compter les malformations congénitales qui s’aggravent après la naissance comme les pieds plats ou les pieds creux. De nombreux types de semelles permettent de pallier ces différents troubles et de corriger parfois les malformations, bien que la plupart du temps, elles ne peuvent que soulager les douleurs et freiner l’évolution. Si les semelles de confort sont en vente libre, les semelles orthopédiques sont plus encadrées et nécessitent une consultation d’un spécialiste. Certaines font aussi l’objet de remboursements de la part de la sécurité sociale.

A propos

odiseo_sylius_blog.ui.blog.about.content

Derniers conseils

Categories