Service client : 9h - 19h30 02 31 343 423

Prévenir, soulager et traiter une blessure sportive

May 11, 2018 15:58

Depuis le 1er mars 2017, les médecins ont la possibilité de prescrire des activités sportives à leurs patients souffrant de maladies de longue durée, adaptées à leurs pathologies, leurs capacités et à leur risque médical. Toutefois, ce décret n’autorise que certaines spécialités professionnelles à la prodiguer, notamment les ergothérapeutes, les kinésithérapeutes et les psychomotriciens.
Des nombreuses études ont démontré que la pratique régulière d’une activité sportive a de nombreux bienfaits et constitue un excellent moyen pour se préserver contre certaines maladies telles que l’hypertension ou l’ostéoporose par exemple. Cette pratique sportive améliore bien évidemment la condition physique mais également la condition mentale et reste un facteur majeur pour augmenter l’espérance de vie et sa qualité. On ne le dira jamais assez : le sport est bon pour la santé ! Cependant, la pratique sportive n’est pas sans risque si elle n’est pas effectuée de manière raisonnée. Le corps humain est quelquefois malmené par de mauvaises postures ou les surentraînements, ce qui conduit bien souvent à des blessures comme les déchirures musculaires, les tendinites, les entorses, allant jusqu’à la fracture. Equipmédical fait le point avec vous sur les traumatismes physiques possibles, les précautions à prendre pour les éviter, et les solutions qui permettront de les soulager et de les soigner.




 

Les pathologies traumatiques


Le sport est pratiqué partout : à l’école, en salle et même à la maison. Mais le sport, notamment le football, le rugby, le basket ball provoquent de nombreuses lésions.
 

Les blessures musculaires

La crampe musculaire

C'est une contraction douloureuse, soudaine mais passagère d’un muscle pouvant survenir au repos ou à l’effort. Elle concerne en majeur partie les femmes enceintes, les sportifs et les personnes âgées et touchent particulièrement les membres inférieurs. Les crampes qui surviennent pendant l’effort sont le résultat d’un manque en oxygène et cessent lorsque le muscle douloureux est étiré. Elles sont souvent la conséquence d’un effort trop important, d’un échauffement superficiel ou de l’absence totale d’étirements. Une mauvaise hydratation peut être aussi l’un des facteurs. Une crampe permanente est autrement nommée une contracture. Toutefois, lorsqu’elles deviennent chroniques, les crampes musculaires peuvent être le signe qu’une maladie neurologique s’installe comme la sclérose en plaques.
 

La courbature

La courbature est une douleur musculaire passagère qui apparaît le lendemain d’un effort physique. Cette douleur est due à une présence anormale d’acide lactique dans le muscle concerné et se manifeste généralement sur quelques jours. Elle est le résultat d’une activité intense sur un muscle non préparé. Si elle est accompagnée de fièvre et d’une certaine fatigue, il est préférable de vous rendre chez votre médecin.
 

La contusion

La contusion est un choc musculaire directement reçu sur un muscle en position contractée. Elle est le résultat d’un écrasement des tissus musculaires. Elle peut être provoquée par une chute, par un coup donné par un autre sportif. Selon la violence du choc elle se traduit par une douleur localisée, d’un gonflement associé à une ecchymose allant même jusqu’à l’hématome. Elle peut être soulagée par l’application immédiate d’une bombe de froid.
 

L’élongation

L’élongation est un étirement anormal du muscle. Elle correspond à un effilochage partiel des fibres musculaires sans saignement et survient lors d’une activité intensive et d’un effort musculaire important, sous forme d’une contraction associée à une extension musculaire qui entraîne une douleur brutale localisée. Cette micro-déchirure se manifeste lors d’un effort et disparaît une fois au repos. La partie du corps la plus touchée par ce type de traumatisme est la cuisse et le mollet.


Le claquage musculaire

Le claquage musculaire correspond à une déchirure incomplète des fibres composant le muscle avec saignement. Le claquage survient lorsque l’échauffement avant la séance de sport n’a pas été suffisant. C’est un accident musculaire fréquent surtout chez les coureurs et les footballeurs et qui touche principalement les mollets, les cuisses surtout les les ischio jambiers.
 

La déchirure musculaire

La déchirure musculaire se situe entre le claquage et la rupture ligamentaire. Très douloureuse, elle peut aller jusqu’à la rupture complète d’un muscle et de son tendon avec saignement et hématome. Une élongation mal soignée, une fatigue musculaire importante voire une déchirure antécédente représentent les principales causes de déchirure complète. La douleur est vive même en phase de repos.

 

Les blessures ligamentaires

La tendinite

Des mouvements répétés associés à une activité intense déclenchent les tendinites. Cette inflammation du tendon est douloureuse parfois même insupportable et peut malheureusement devenir chronique. Il est vivement recommandé de stopper toute activité sportive lorsqu’on en souffre. La tendinite des épaules et du poignet sont les plus courantes. Le seul remède est la mise au repos totale.
 

L’entorse

L’entorse est un étirement violent et brutal des ligaments généralement des chevilles, des poignets et de genoux. Une douleur importante associée à un œdème la caractérise et il est nécessaire de consulter un médecin qui favorisera l’immobilisation et du repos. L’entorse du genou est plus complexe car elle peut toucher les ligaments et une opération chirurgicale peut être envisagée. La pratique du ski accroît grandement ce type de blessure.

 

Les blessures articulaires


La luxation est un écartement partiel ou total de 2 os d’une même articulation, ce qui empêche un mouvement articulaire normal. Causée par un choc tel qu’un accident de voiture ou une chute, elle nécessite rapidement une consultation médicale. L’immobilisation est de rigueur afin de cicatriser les ligaments et des séances de rééducation sont obligatoires. La luxation de l’épaule est la plus répandue mais peut également concernée le coude, la hanche ou la mâchoire.

 

Les blessures osseuses


Une fracture est une cassure du tissu osseux suite à un choc très violent. Dans les cas les plus graves, l’os peut se briser en plusieurs segments. Ces types de blessures nécessitent une immobilisation par un plâtre pendant plusieurs semaines. Selon l’os touché, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

Il existe une autre sorte de fracture dite de fatigue. Elle est le signe d’un stress osseux et se déclenche généralement au pied et au tibia. Venant s’installer sur les os usés par l’ostéoporose, la fracture de fatigue est fréquente chez les sportifs et les personnes âgées.

 

Comment prévenir les blessures sportives ?


La pratique régulière d’un sport nécessite une alimentation variée, équilibrée et adaptée. Cette dernière assure l’apport des nutriments nécessaires à une bonne condition physique et limite ainsi les blessures. Pourtant, les sportifs, surtout les amateurs, ne sont pas à l’abri de dérapage nutritionnel.

 

 Alimentation et hydratation


La consommation énergétique d’un muscle est importante lors de l’activité physique. Les glucides et les lipides sont la source énergétique des muscles. Répartis en 2 catégories, les glucides sont répertoriés lents ou rapides. Les glucides lents dit complexes correspondent aux aliments assimilés progressivement par l’organisme. Il est donc important d’en consommer avant un entraînement et une compétition, et en phase de récupération car ils contribuent à lutter contre la fatigue. On y retrouve les pâtes, les céréales complètes, le pain, les légumes secs, les pommes de terre. Les glucides rapides se trouvent dans le sucre, les barres de céréales, et les fruits secs.

La pratique sportive entraîne une perte en eau et en minéraux par le mécanisme naturel de la transpiration. C’est pourquoi, il est primordial de boire en quantité suffisante une eau fortement minéralisée afin d’accroître la performance et la récupération. La consommation de fruits et de légumes frais offre également une parfaite reminéralisation de l’organisme.

Vous l’aurez compris : une alimentation saine et équilibrée ainsi qu’une hydratation suffisante sont primordiales pour éloigner les éventuelles blessures.

 

Les équipements


La chaussure constitue, à elle seule, un élément de premier choix pour améliorer les performances d’un sportif. Conçues pour protéger et amortir les chocs, les chaussures réduisent les blessures accidentelles ou d’usures. Elles permettent d’alléger les ondes de chocs à chaque impulsion donnée. Elles doivent être à la fois confortables et légères. Les critères essentiels à prendre en compte sont le type d’activité pratiquée, la fréquence et le niveau d’entraînement.
En terme d’habillement, les vêtements compressifs assurent un meilleur retour sanguin surtout en ce qui concerne les membres inférieurs. Les manchons maintiennent parfaitement le muscle pendant l’effort et augmentent considérablement l’oxygénation de ce dernier et limite ainsi la fatigue musculaire. Certaines chaussettes se portent pendant l’effort et augmentent la protection des articulations comme les chaussettes de sport training Bauerfind. Il existe également les vêtements micro aérés qui permettent d’évacuer rapidement la transpiration pendant la séance de sport et de réguler la chaleur corporelle.

 

Les phases d'échauffements, d'étirements et de récupération


Toute séance de sport doit systématique démarrer par une phase d’échauffement de 10 minutes environ. Cela permet à l’organisme de se mettre en route et de préparer le système cardiovasculaire, pulmonaire et musculaire aux efforts qui vont suivre. L‘échauffement doit être effectué de manière progressive ce qui vous évitera un claquage.

L’étape des étirements est essentielle pour garder de la souplesse et détendre les muscles. Elle doit s’effectuer de manière douce. Il faut patienter au moins 30 minutes après la séance pour que le retour sanguin se fasse correctement. Cette phase permet d’apaiser les tensions et offre un certain repos psychique.

La phase de récupération musculaire est tout aussi importante que la séance sportive puisqu’elle permet de réparer les microfissures tout en assurant un regain d’énergie. Généralement, les petits muscles demandent 48h de repos, alors que les plus gros en demandent 72h. Pour accélérer la récupération, il est conseillé de consommer plus d’ oméga 3 et de prendre des douches d’eau fraîche pour favoriser la circulation sanguine. Ainsi, vous éliminerez le surplus d’acide lactique, qui peut être à l’origine de certaines crampes et de douleurs musculaires. Le port de chaussettes de récupération est vivement recommandé au minimum 2h après l’effort car elles réduisent la fatigue par la compression. Concernant les sportifs de haut niveau, la pressothérapie s’est révélée très efficace et se pratique chez un kinésithérapeute.

 

Les solutions adaptées pour soulager et soigner une blessure sportive


Malgré les précieux conseils de prévention, le sportif amateur comme professionnel peut être victime de chocs traumatiques. La cause la plus courante est due à un entraînement inadéquat. Heureusement, plusieurs solutions sont envisageables en fonction de la gravité de la blessure.
 

La physiothérapie


La physiothérapie est une thérapie qui améliore la condition physique sans l’usage de médicaments. Utilisée essentiellement par les kinésithérapeutes et les rhumatologues, elle utilise plusieurs procédés :
  • le massage avec des huiles essentielles assouplit le tissu musculaire, favorise la circulation, et soulage les tensions
  • L’hydrothérapie est surtout conseillée pour les maux de dos et les douleurs lombaires. Elle apaise l’arthrose, et réduit les inflammations articulaires dans une eau chauffée.
  • La thermothérapie est une technique qui emploie la chaleur pour les douleurs musculaires. Cette méthode a de forts pourvoirs antalgiques et se caractérise par l’utilisation de lampe infrarouge comme le modèle IL 50 de chez Beurer ou de bouillotte.
Mais attention, elle est fortement déconseillée pour les contusions, les élongations, les déchirures musculaires et articulaires. Ces lésions nécessitent l’utilisation de la cryothérapie employant des coussins thermique en gel ou une vessie à glace.
  • L’électrothérapie stimule les fibres nerveuses qui entourent le muscle par l’envoi d’impulsions électriques. Elle traite les douleurs musculaires et articulaires
 

Le matériel orthopédique

L'orthèse d’immobilisation

Les orthèses de repos permettent d’immobiliser et de stabiliser une articulation douloureuse afin d’activer la cicatrisation, mais également de réduire un œdème et/ou un hématome.

Les attelles d’immobilisation du genou existent en version fixe ou articulée. Le modèle fixe met l’articulation en complète extension et est prescrite dans le cas d’entorse grave, de lésions ligamentaires. Le modèle articulé s’adapte plutôt en phase de rééducation.

L’orthèse de stabilisation de cheville est préconisée dans le cas d’entorse moyenne. Les coques latérales en plastique rigide maintiennent parfaitement l’articulation. Il est possible de marcher avec.

L’écharpe de mobilisation permet de décharger l’épaule, le coude et le bras maintenu le long du ventre par une sangle. Elle est destinée aux cas de fracture, ou de luxation.

L’orthèse de poignet traite les entorses bénignes à moyennes car elle permet un maintien rigoureux. Certains modèles, appelés poignet pouce, sont prescrits en cas de fracture ou d’entorse au niveau de la colonne du pouce.
 

Les attelles de maintien

Les attelles de maintien, ou de contention élastique, protègent, préviennent des blessures et limitent une éventuelle récidive. Recommandée pour la reprise d’une activité sportive, elles existent pour chaque partie du corps : coude, genou, poignet, cheville, cuisse.

Le cuissard est indiqué en cas de claquage, de contusion ou d’élongation d’un footballeur par exemple.

L’épaulière en néoprène Thuasne prévient les blessures articulaires et est idéale pour une reprise sportive après un choc comme au hockey ou au rugby.

Le bracelet anti-épicondylite permet de réduire la tension exercée au niveau du coude par une simple pression, ce qui soulage la douleur rencontrée par les tennismen ou les golfeurs.

Le bandage neuro-musculaire ou le k taping est issu de la médecine japonaise. Ce sont des bandes élastiques et adhésives de plusieurs couleurs directement appliquées par un kinésithérapeute ou un ostéopathe pour soulager une douleur. La couleur correspond à une tension exercée différente. Ainsi, la couleur rouge/fuschia et noir sont destinées aux lésions musculaires, la couleur bleue pour les lésions pour les inflammations. Les couleurs noires et bleues concernent les lésions ligamenteuses. Cette méthode réduit les œdèmes et favorise le drainage lymphatique et la contraction musculaire.

Le strapping est un moyen de contention souple élaboré par entrecroisement d’une bande de manière précise pour limiter un mouvement. Posé par un professionnel, il ne comprime pas la zone blessée.


Les raisons de pratiquer un sport peuvent être nombreuses et bienveillantes comme se détendre, faire parti d’une équipe et même de rencontrer de nouvelles personnes. Mais, il existe des risques à vouloir entretenir son corps de manière intensive. Heureusement, certaines solutions médicales et orthopédiques permettent le maintien ou le retour progressif à une pratique sportive.

A propos

odiseo_sylius_blog.ui.blog.about.content

Derniers conseils

Categories