par marque

Comment équiper son fauteuil roulant ?

Le fauteuil roulant est un dispositif médical de mobilité qui se caractérise par un principe général astucieux prompt à répondre à un grand nombre d’enjeux relatifs aux différentes pathologies susceptibles d’handicaper un patient. Principalement associé aux paraplégiques et au tétraplégiques, il est également très utilisé dans les EHPAD et les services gériatriques afin de faciliter le transport des personnes âgées dont la mobilité est réduite voire rendue dangereuse par les traumatismes qu’une seule chute supposerait (col du fémur). Manuel, électrique ou coquille, le fauteuil roulant se décline selon de nombreuses gammes et s’adaptent au patient et à sa pathologie. Et pour ce faire, il bénéficie d’un large choix d’accessoires qui renforcent ici, le confort de l’utilisateur, et là celui des accompagnants, qu’il soient des professionnels de la santé ou des proches. D’autre part, lorsque le fauteuil roulant occupe une place plus importante dans la vie du patient, comme c’est le cas des paraplégiques et des tétraplégiques, sa pérennité impose un entretien régulier des pièces ainsi que le remplacement des parties défectueuses. Equipmedical se propose de faire un inventaire aussi exhaustif que possible de ces accessoires de fauteuils roulant qui vous rendront la vie en plus facile et naturelle.

 
 

Confort d’assise

La première chose que doit respecter un fauteuil roulant, qu’il soit utilisé de façon temporaire ou sur une longue durée, concerne son confort. En effet, le fait de rester assis plusieurs heures durant, qui plus est dans une même position, concourent à des risques de cisaillement et de gênes au niveau du fessier pouvant ensuite dériver sérieusement vers des affections plus importantes comme les escarres notamment.
 

Coussin d’assise et anti-escarres

Dans un premier temps, les coussins d’assise se placent directement sous les fesses afin d’améliorer le confort du patient en répartissant idéalement les points d’appui sur toute la surface postérieure du corps. Ces dispositifs adoptent différentes structures et textures avec la même optique, à savoir réduire les risques d’escarres. Ces dernières se manifestent, en effet,   par des lésions de la peau au niveau des saillies osseuses. Ouvertes, ces plaies sont d’autant plus difficiles à soigner qu’elles sont perpétuellement sollicitées par la position assise du patient.
Ces coussins de confort prennent la forme de gaufriers, de bouées ou encore de fer à cheval et renferment de la mousse de polyuréthane, de gel ou tout simplement d’air ou d’eau. Ils ont également le mérite de rehausser légèrement l’assise et ainsi d’offrir une posture plus droite et tonique au reste du corps.
 

Dosseret

Les dosserets sont des dossiers indépendants qui se fixent sur le dossier du fauteuil roulant à l’aide de sangles afin de maintenir le dos du patient droit et lui apporter un supplément de confort. Composés d’une mousse viscoélastique à mémoire de forme, ils s’ajustent parfaitement à sa morphologie pour épouser les moindres contours.
 

Repose-pied

Dans leur grande majorité, les fauteuils roulants sont équipés de cale-pieds qui évitent que les pieds ne pendent dans le vide et ne se prennent dans les roues. Ils peuvent être rétractables afin de faciliter le transfert. Des relève-pieds sont aussi vendus en pièces détachées afin de remplacer le dispositif d’origine et apporter plus de confort au patient. Ils ont la particularité d’êtres inclinables, équipés de sangles qui bloquent les jambes lors de la conduite et de bénéficier d’appui-mollets réglables en hauteur et en profondeur destinés à soulager la jambe de crampes dues à d’éventuelles tensions musculaires.
Un autre système de relève-jambe est inclinable à 90° afin de maintenir la jambe droite. Ce type de dispositif est particulièrement intéressant lors du port d’un plâtre à la jambe.
 

Manchette de confort

Dans le cas d’une hémiplégie, qui correspond à la paralysie latérale d’une ou plusieurs parties du corps, des manchettes de confort permettent de soutenir le bras concerné par la paralysie afin d’atténuer les douleurs et les tensions des muscles sensés compensés le déséquilibre latéral. Ces équipements gonflables, ou élaborés à partir de mousse viscoélastique, se fixent sur l’accoudoir du fauteuil roulant et se gonflent autour du bras afin d’épouser confortablement l’anatomie du membre. Des sangles permettent, par ailleurs, de maintenir fermement le bras et éviter qu’il ne glisse hors du fauteuil lors des déplacements.
 

Tablette escamotable

Des tablettes peuvent être installées sur le fauteuil roulant afin d’offrir au patient de l’espace pour poser des livres, un ordinateur ou bien encore une assiette pour manger. Disponibles en différentes matières (plastique, plexiglas, bois), ces tablettes se placent directement sur les accoudoirs ou se fixent via un bras placé sur le côté du fauteuil.

 

Maintien au fauteuil

L’intérêt apporté au confort d’assise permet également de corriger la posture et de prémunir le patient de troubles collatéraux comme le mal de dos notamment. Cependant, dans des cas plus sérieux de tétraplégies et d’hémiplégies, le buste a perdu toute fonction de maintien et nécessite une assistance extérieure pour le tenir droit dans le fauteuil.
 

Tapis anti-glisse

Au premier chef de ces dispositifs de maintien, les tapis anti-dérapant se glissent entre le fessier et l’assise du fauteuil afin d’éviter que le corps ne glisse vers l’avant et que le dos ne s’affaisse sous l’effet de la gravité et des mouvements du fauteuil. Incapable de se replacer de lui-même dans le creux de l’assise, le patient subirait une pression au niveau du dos et plus précisément des lombaires. Grâce à un système de bandes directionnelles, le tapis bloque le glissement du corps et maintient une posture confortable.
 

Ceinture de maintien

L’autre solution consiste à installer des ceintures de maintien directement sur le fauteuil via un système de sangles et de boucles de fermeture. Les systèmes les plus simples comme les ceintures abdominales se fixent facilement sans la nécessité de transférer le patient hors du fauteuil pendant l’installation. 
La ceinture pelvienne s’appuie sur le même principe à la simple différence qu’une deuxième sangle est ajoutée au dispositif pour se placer de part et d’autre de la ceinture abdominale en passant entre les jambes du patient et ainsi maintenir tout le bassin dans le creux de l’assise. Un autre système enroule deux sangles autour des cuisses du patient et évite le constriction du plancher pelvien.
Des bustiers sont aussi disponibles et utilisés chez les patients souffrant d’une paralysie du tronc ou dont les muscles du dos sont trop fragiles pour soutenir de façon autonome le buste, comme chez les personnes âgées, par exemple. Elles s’installent très facilement de chaque côté du buste en passant par dessus les épaules. Elles ont le méritent de plaquer convenablement le dos contre le dossier du fauteuil roulant et de lui conférer une posture idéale. 
Des gilets, ressemblant à une veste croisée ou composés d’un renfort thoracique, assurent un maintien plus uniforme de la poitrine et évitent que les sangles ne blessent, à la longue, le patient. On parle de gilet intégral, en particulier quand ils sont couplés à une ceinture pelvienne. Ils évitent tout basculement vers l’avant ainsi que latéral.
 

Kit de maintien

Enfin, il existe des kits de maintien qui s’adaptent à tous les fauteuils roulant et qui se positionnent au niveau de leur dossier. Ils sont constitués de deux ailettes latérales qui assurent le maintien du tronc depuis la crête iliaque du bassin jusque sous les aisselles. Ils permettent de caler convenablement le patient dans le creux et contre le dossier du fauteuil roulant.

 

Accessoires d’aide au quotidien

Au-delà de ces équipements qui concernent directement le confort du patient, les fabricants s’évertuent à développer de nombreux accessoires destinés à faciliter le quotidien des personnes évoluant en fauteuil roulant, quel qu’en soit leur usage (temporaire ou pérenne). Ces différents équipements contribuent à leur accorder toujours plus d’autonomie.
 

Rangement

En matière de rangement, d’abord, les fournisseurs proposent des sacs qui s’adaptent au dossier du fauteuil roulant dans le but de stocker des objets pouvant servir au patient pendant ses déplacements. Souples et spacieux, ils offrent une grande capacité de rangement et peuvent même contenir des cannes ou des béquilles pour les patients les plus mobiles. Fabriqués en toile résistante, ils serviront aussi à ranger des effets plus personnels comme un sac à main ou des vêtements chauds tels que des vestes, des pulls ou des manteaux.
 

Porte canne

Des porte-cannes astucieux qui s’installent sur l’un des axes tubulaires du fauteuil permettent d’accrocher une canne et de la laisser ainsi à disposition des patients qui souhaitent et qui peuvent alterner entre le fauteuil roulant et la marche. Grâce à leur système de fixation simple, ils sont aussi compatibles avec les rollators et les déambulateurs.
 

Bidon de réhydratation

Lorsque l’on se déplace en fauteuil roulant, qui plus est de manière autonome, il est primordial de pouvoir s’hydrater régulièrement. Des gourdes similaires à celles des cyclistes ont été spécialement conçues à cet usage. Totalement étanches, ces bidons de réhydratation se fixent sur le dossier à l’aide d’une languette rigide et sont équipés d’une pipette suffisamment longue pour que le patient soient en mesure de boire sans se retourner.
 

Accessoires de mobilité

En matière de mobilité et d’accessibilité, les fournisseurs proposent également de nombreux accessoires qui facilitent les déplacements dans des conditions difficiles ou non appropriées. C’est le cas de l’assistance électrique qui permet d’ajouter deux roues motorisées à l’arrière du fauteuil afin d’aider l’accompagnant à pousser le patient, en particulier quand il s’agit de gravir une pente difficile. Grâce à une batterie rechargeable et une télécommande qui se fixe au niveau d’une des poignées, cette assistance peut être activée et désactivée d’un seul geste. Fonctionnant en marche avant et en marche arrière, elle permettra le débarquement et l’embarquement du patient depuis un camion adapté aux fauteuils roulant.
Pour les personnes hémiplégiques, un système de double main courante peut être installé sur le fauteuil roulant. Ce dispositif permet au patient de propulser son fauteuil roulant d’une seule main grâce un arbre de transmission qui relie les deux roues.

Les rampes d’accès modulaires sont utilisées pour faciliter le franchissement d’obstacles tels que des trottoirs ou des marches. Disponibles en différents kits, en fonction de la hauteur de l’obstacle, chacun d’eux offre une modularité qui leur permet de s’adapter facilement au terrain. Des rampes télescopiques plus maniables encore et surtout plus facilement transportables dans un sac de rangement sont aussi disponibles et favoriseront les sorties à l’extérieur ainsi que l’accès à un véhicule aménagé, de type van.

A ce propos, des parapluies ont été spécialement conçus pour se fixer facilement au fauteuil. Ils permettent ainsi de se protéger des averses et des désagréments du soleil sans avoir à le tenir. Leur châssis orientable permet, qui plus est, de régler en permanence leur inclinaison.
 

Remplacement réparation

Qui veut aller loin, ménage sa monture. Cet adage est aussi vrai pour les fauteuils roulants qui s’usent tout naturellement avec le temps. Que ce soit les chocs, les intempéries ou la simple obsolescence, les roues, les pneus et les chambre à air sont mis à rude épreuve. C’est pourquoi, des pièces détachées sont disponibles et  peuvent être commandées indépendamment afin de remplacer celles défectueuses. Vous trouverez également des tendeurs dédiés au serrage et au desserrage du dossier des fauteuils roulant pliables.

 

Aide au transfert

La dernière catégorie d’accessoires et d’équipements associés au fauteuil roulant concerne l’aide au transfert. En effet, quelque soit sa capacité de mobilité, un patient réclame une assistance appropriée lorsqu’il s’agit de le transférer d’un fauteuil roulant à une autre assise comme le lit pour la nuit, le siège d’un véhicule ou encore le canapé dans le cadre d’un maintien à domicile.
 

Système de transfert simple

Pour les patients les plus mobiles, il existe un certain nombre d’équipements très simples et efficaces tels que des disques ou des planches de transferts. Les premiers consistent en des systèmes pivotant, pour certains sur 360° (comme c’est le cas de l’Aquatec Disk), et sont utilisés pour les déplacements depuis une position assise tandis que les seconds sont généralement indiqués pour les transferts depuis une position couchée, par translation vers le fauteuil roulant.
Autre accessoire très pratique, le coussin releveur permet, grâce à une petite manette, la verticalisation du patient dans le but de l’aider à se relever de son fauteuil. 
 

Système de transfert électrique

Pour les patients les plus handicapés, les équipements d’aide au transfert sont un peu plus sophistiqués et coûteux. Il s’agit de lève-malades qui fonctionnent sur vérins hydrauliques et équipés de sangles dans lesquelles est positionné le patient. Ces dispositifs sont généralement utilisés par un accompagnant ou un professionnel médical et sont utilisés dans les centres spécialisés comme les EHPAD, notamment.



Pour résumer, les fournisseurs redoublent d’ingéniosité pour ne pas cloisonner le patient à mobilité réduite dans son fauteuil roulant et lui offrir le maximum d’autonomie en fonction de la sévérité de son handicap. D’une manière générale, ces accessoires sont destinés à lui apporter un confort suffisant tout en lui permettant de facilement s’en extraire quand l’occasion se présente. Par ailleurs, les fauteuils roulant bénéficient de l’avancée toujours croissante des technologies et du progrès pour proposer des équipements performants et maniables quelque soit le terrain. Des roues ont été notamment conçues pour permettre le déplacement des fauteuils roulants sur le sable et ainsi  faciliter l’accès aux plaisirs balnéaires.